Connecting Networks

Terralpha allume 20 000 km de fibres en France

La nouvelle filiale de SNCF Réseau, Terralpha, arrive pour commercialiser la bande passante offerte par les plus de 20 000 km de fibres qui serpentent la France métropolitaine sous les rails des trains. Les fibres, étant tirées de ville en ville, ne souffrent pas des ralentissements causés par les raccords que les opérateurs mettent sur chaque embranchement.

De plus, ce réseau de fibres constitue une alternative nationale au réseau des quatre grands opérateurs. Les 2 000 opérateurs alternatifs vont désormais pouvoir interconnecter un siège à Lille avec sa succursale à Marseille, sans avoir à attendre pendant des semaines une autorisation, sans devoir payer le prix fort qu’impose leur concurrent national. Et, surtout, avec une meilleure latence.

 

Ces plus de 20 000 kilomètres de fibres étaient déjà disponibles à la location. Mais il s’agissait de faire au cas par cas : SNCF Réseau, ne fournissant que des liens 100 Gbit/s, c’est à son client qu’il incombait d’installer un routeur à chaque bout pour faire circuler son trafic. Et à part les grands opérateurs, personne ne savait installer de routeur sur ces fibres.

 

Pour se brancher, Terralpha a choisi de s’associer avec la chaîne de datacenters en colocation Telehouse. « Notre stratégie est d’être présent sur les places de marché télécoms. C’est-à-dire dans les salles réservées aux interconnexions des opérateurs dans les datacenters. Les plus importantes se trouvent sur le campus TH2 de Telehouse à Paris, qui réunit 300 opérateurs télécoms », argumente Gabriel Chenevoy, le PDG de Terralpha.

D’autant que TH2 dispose d’un système informatique de pointe qui surveille une à une les 50 000 fibres qui circulent dans ses salles opérateurs. La courbure et le trajet de chaque fibre seraient consciencieusement étudiés.

 

Mise à part Orange et SFR, Bouygues Telecom et Iliad commencent eux aussi à revendre de la bande passante sur leurs réseaux nationaux aux opérateurs alternatifs. Kosc était jusque-là le seul opérateur d’infrastructures indépendant par lequel les prestataires locaux pouvaient passer, pour offrir une connectivité nationale à leurs clients. C’est donc plutôt lui que concurrence aujourd’hui Terralpha. Après des déboires financiers, Kosc a finalement été racheté il y a un an par Altitude Infrastructure, un ex-opérateur alternatif qui a recentré son activité sur la pose de fibres.

Si Altitude Infrastructure jouit d’une bonne image auprès des collectivités locales, son défi reste de relier entre eux des segments de fibres éparpillés sur le territoire. C’est sur ce point où Terralpha prétend avoir une longueur d’avance.

 

 

 Lire l'article

 

Source : Le Mag IT

 

 

 

 

FaLang translation system by Faboba