Connecting Networks

Articles taggés avec : ZDnet

Top mondial des pays aux débits les plus élevés

Le vendredi, 10 septembre 2021. Posté dans News Rezopole

Top mondial des pays aux débits les plus élevés

La société éditrice du Speedtest vient de publier la dernière édition du classement des pays ayant les débits fixe et mobile les plus élevés. Premier point saillant de cette étude : la moyenne mondiale des vitesses de téléchargement a augmenté en 2020 sur le haut débit mobile et fixe. Les débits moyens sur mobile ont ainsi atteint 55,07 Mb/s et 107,50 Mb/s pour le haut débit fixe, soit des hausses respectives de 59,5 % et 31,9 % entre juillet 2020 et juillet 2021.

 

Les vitesses moyennes de téléchargement sur mobile sont près de 100 % plus rapides qu’en 2019, et près de 200 % par rapport à 2017. Des hausses similaires ont été enregistrées avec les vitesses de téléchargement moyennes sur le haut débit.

 

Selon cette étude, les Émirats arabes unis sont arrivés en tête pour le mobile en 2020 et 2021, suivis par la Corée du Sud. La Chine, le Qatar et Chypre complètent le top 5. La Norvège, l’Arabie saoudite, le Koweït, l’Australie et la Bulgarie figurent également dans la liste des 10 premiers.

En ce qui concerne le haut débit fixe, Monaco se classe en tête, suivi de Singapour, Hong Kong, la Thaïlande, la Roumanie, la Suisse, la Corée du Sud, le Chili, le Danemark et le Liechtenstein. Le Chili et le Danemark font leur première apparition dans ce top 10, évinçant les États-Unis… et la France.

 

En effet, selon la dernière édition de ce classement, la France se classe à la 27ᵉ place mondiale en ce qui concerne les débits mobiles, avec une moyenne chiffrée à 73,27 Mb/s. Concernant le haut débit fixe, le pays fait beaucoup mieux et se classe à la 11ᵉ place avec un débit moyen mensuel estimé à 199,68 Mb/s. À noter que l’Hexagone perd toutefois deux places et sort donc du top 10 mondial des pays ayant les débits fixes les plus élevés.

 

 

 Lire l'article

 

Source : ZDnet

 

 

 

 

Pratiques commerciales trompeuses chez Orange

Le vendredi, 27 août 2021. Posté dans News Rezopole

Pratiques commerciales trompeuses chez Orange

Après avoir fait l’objet d’une condamnation pour ses pratiques commerciales concernant ses offres de forfaits mobiles 4G et 5G il y a trois semaines, Orange se fait de nouveau taper sur les doigts. Cette fois ce sont ses pratiques en termes d’application – et surtout de présentation – de la garantie légale de conformité de deux ans qui a conduit la Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP) du Val-de-Marne à sévir.

 

L’administration française reproche à l’opérateur historique de présenter cette garantie légale de deux ans, rendue obligatoire en 2016, comme une offre propre à l’opérateur, et non comme une garantie imposée légalement. Orange s’est donc vu imposé l’affichage d’un message afin de rappeler que cette garantie est avant tout le fruit du travail des pouvoirs publics.

L’opérateur est également appelé à remettre de l’ordre dans ses offres commerciales, en y ajoutant notamment ce fameux terme manquant de « garantie légale », qui n’apparaît pas sur ses étiquettes et affichages dans ses boutiques physiques. L’administration pointe du doigt aussi que l’omission de cette mention légale peut amener les abonnés d’Orange à ne pas faire appliquer leurs droits.

 

Loin d’être première pour l’opérateur historique, ce dernier a récemment été condamné pour des omissions similaires. En effet, il s’est en effet fait condamner le 27 juillet dernier pour avoir « sciemment omis » de présenter dans « des conditions satisfaisantes les restrictions d’usage apportées » aux services 4G et 5G. Une amende de 15 000 euros lui a été infligé par le tribunal judiciaire de Paris pour avoir oublié de présenter la disponibilité effective du réseau 5G sur le territoire français, ainsi que les débits minimaux réellement disponibles de la nouvelle génération de technologie mobile à ses clients.

Cette condamnation faisait suite à une assignation en justice de l’association Consommation Logement Cadre de vie (CLCV), pour qui l’oubli de ces précisions revenait à tromper sciemment les consommateurs potentiellement intéressés à l’idée de s’essayer à la nouvelle génération de technologie mobile et de profiter de l’explosion des débits tant vantée par les promoteurs de la 5G.

 

 

 Lire l'article

 

Source : ZDNet

 

 

 

 

Fibre : chantier ouvert pour améliorer les raccordements

Le vendredi, 23 juillet 2021. Posté dans Archives Rezopole

Fibre : chantier ouvert pour améliorer les raccordements

Le 20 juillet, les opérateurs ont remis leur plan d'attaque pour renforcer la qualité des raccordements au gouvernement. Pour la Fédération française des télécoms (FFT) il n’est pas question de laisser ces dysfonctionnements nuire à l'image de la fibre et entraver son déploiement à court et moyen terme.

Cette opinion est partagée par l'ensemble des acteurs des Télécom. « Une bonne qualité [des raccordements] est essentielle pour assurer l’exploitation des réseaux FttH dans de bonnes conditions, assurer leur pérennité et limiter les surcoûts liés aux travaux de reprise ou de réintervention », rappelle l'Arcep. Même son de cloche du côté des opérateurs, regrettant les dégradations commises contre les infrastructures réseaux, qu'elles soient volontaires ou non, ne nuisent à leur image et celle de la fibre.

 

Les opérateurs d'infrastructures ont déjà souscrit, en mai dernier, à une série d'engagements pour améliorer la qualité des raccordements via une évolution du contrat de sous-traitance (mode STOC) qui régit le marché. C’est au tour des opérateurs commerciaux de prendre le problème à bras-le-corps. Dans ce livre blanc, ces derniers proposent diverses pistes pour en finir avec les "plats de nouilles".

Au-delà de la seule formation de leurs agents de terrain, les opérateurs vantent également la généralisation d'une nouvelle forme d'ingénierie au sein des armoires de mutualisation. Cette nouvelle architecture, baptisé forme en "M",  « rend le brassage plus fluide et intuitif, grâce à un code couleur des cheminements ». Ces derniers militent ainsi pour une généralisation de ce dispositif à l'échelle nationale.

Par ailleurs, et afin de permettre un meilleur audit des raccordements déjà effectués, les opérateurs souhaitent généraliser un nouveau type de compte-rendu photographique, « qui prévoit la prise de photos horodatées avant et après chaque intervention, permettant de contrôler la qualité du travail réalisé par les intervenants et de détecter rapidement l’apparition de malfaçons ». Lancé en début d’année, l'outil souffre pourtant de quelques limites « l’incapacité du contrôleur, qu’il soit humain ou mécanisé à base d’intelligence artificielle, de s’assurer que les positions optiques occupées sont conformes à ce qui est prévu ». Un défaut de taille, alors qu'il est courant que ce dysfonctionnement débouche sur des embouteillages dans les armoires.

Les opérateurs souhaitent également s'appuyer sur une application interopérateurs, baptisée "e-Mutation", ayant pour objet d'aider les techniciens à améliorer leur visibilité sur les routes optiques empruntées dans une armoire donnée. Ils annoncent ainsi le lancement prochain d'un outil informatique interopérateurs permettant de suivre une malfaçon, depuis sa notification jusqu’à sa résolution.
Le dernier point concerne la Base d’Adresses Nationales (dite BAN), cette base de données publique qui a pour but de référencer l'adresse de l'intégralité des locaux sur le territoire français. La base de données, exploitable sous la forme d'une API par les opérateurs, est en effet montrée du doigt pour ses lacunes, notamment en milieu rural. « Il est indispensable que les collectivités se dotent rapidement d’un référentiel d’adresses complet », expliquent les opérateurs, qui se basent sur ces informations dans leurs opérations de raccordement.

 

De quoi mettre un terme à la prolifération des plats de nouilles ? C'est en tous cas ce qu'espèrent les opérateurs. D'autant que le timing est critique pour l'adoption de la fibre, alors que le déploiement du très haut débit continue tous azimuts sur le territoire métropolitain. Les professionnels de la fibre s'attendent à déployer 6,2 millions de prises en 2021. De quoi dépasser les objectifs gouvernementaux en la matière, avec des prévisions de 87 % de logements raccordés à la fibre en 2022, au lieu des 80 % initialement souhaités par les pouvoirs publics.

 

 

 Lire l'article

 

Source : ZDnet

 

 

 

 

Equinix lance des câble sous-marin sous la Manche

Le vendredi, 16 juillet 2021. Posté dans Archives Rezopole

Equinix lance des câble sous-marin sous la Manche

Le 13 juillet dernier, Equinix a annoncé le lancement d’un nouveau projet de pose de câble de fibre optique international sous la Manche. Ce réseau, baptisé CrossChannel Fibre, reliera les centres d'Equinix à Londres et Paris via des stations d’atterrissement situées à Brighton et à Veules-les-Roses. Il sera opérationnel à compter de la fin 2021.

 

« Ce câble de 520 kilomètres dispose de 96 paires de fibres, proposera plus de 20 Tbits par paire de fibres, et offrira la plus faible latence de tous les réseaux connectant Londres et Paris », vante la direction d'Equinix, qui relève également qu'il s'agit là du premier projet de pose de câble de fibre optique sous-marin dans la Manche depuis près de 20 ans.

 

Un nouveau projet qui permet à Equinix de continuer à étendre son réseau dans l'Hexagone. Dans cette optique, la société a récemment conclu un partenariat d'envergure avec Terralpha, la filiale de SNCF Réseau chargée de valoriser le réseau Très haut débit du transporteur dans l'Hexagone. Un accord qui doit permettre à toutes les entreprises hébergées au sein des datacenters d’Equinix d'utiliser les 20 000 km de fibre optique disséminés le long du réseau ferroviaire opéré par SNCF Réseau.

 

L'opérateur de centres de données prévoit une augmentation de son chiffre d'affaires de 10 à 11 % en 2021, grâce à l'expansion de son réseau de centres de données et de ses services d'échange dans le Cloud.

 

 

 Lire l'article

 

Source : ZDNet

 

 

 

 

Un opérateur britannique réintroduit les frais d’itinérance

Le vendredi, 02 juillet 2021. Posté dans Archives Rezopole

Un opérateur britannique réintroduit les frais d’itinérance

À partir de janvier 2022, l’opérateur britannique EE va réintroduire les frais d’itinérance en Europe. Il s’agit du premier opérateur mobile du Royaume-Uni à sauter le pas, alors qu’il avait précédemment déclaré qu’il n’allait pas réintégrer les frais de roaming.

 

Il entend facturer à ses nouveaux clients britanniques des frais supplémentaires pour utiliser leur téléphone portable en Europe. Tous les nouveaux inscrits, ainsi que les utilisateurs souhaitant upgrader leurs offres à partir du 7 juillet 2021, devront payer 2 £ par jour pour utiliser leur forfait dans 47 destinations européennes.

 

La Commission européenne a quant à elle proposé, il y a quelques mois, de prolonger de 10 ans la suppression des frais d’itinérance entre les différents pays de l’UE. Cette mesure, effective depuis juin 2017, devait initialement prendre fin en 2022. Elle concerne les 27 États membres de l’UE, ainsi que l’Islande, le Liechtenstein et la Norvège, mais pas le Royaume-Uni. En effet, Brexit oblige, il a cessé d’appliquer les règles européennes le 1er janvier.

Selon une enquête Eurobaromètre, la moitié des Européens possédant un téléphone portable se sont rendus dans un autre pays de l’UE au cours des deux dernières années. Au cours de l’été 2019, l’utilisation des services de données en itinérance a été multipliée par 17 par rapport à l’été 2016, celui qui a précédé la suppression des frais d’itinérance.

 

En janvier dernier, EE, O2, Three et Vodafone affirmaient qu’ils n’avaient pas l’intention de réintroduire des frais d’itinérance, même si le Brexit leur donnait la possibilité de le faire. EE justifie à présent que le fait de réintroduire ces frais va permettre de « soutenir les investissements dans notre service clientèle basé au Royaume-Uni, et dans notre réseau britannique de premier plan ». Ces frais supplémentaires ne s’appliqueront pas aux utilisateurs britanniques en République d’Irlande.

 

 

 Lire l'article

 

Source : ZDNet

 

 

 

 

5G : les opérateurs accélèrent (enfin) sur la “bande reine”

Le vendredi, 11 juin 2021. Posté dans Archives Rezopole

5G : les opérateurs accélèrent (enfin) sur la “bande reine”

Selon les derniers chiffres publiés par l’Agence nationale des fréquences (ANFR), la France compte aujourd’hui 25 105 sites 5G autorisés, dont 14 284 déclarés techniquement opérationnels par les opérateurs.

 

En hausse de 3,7 % sur un mois, la progression du nombre de sites 5G doit beaucoup à l’héritage des réseaux passés – et surtout de la 4G. L’ANFR rappelle en effet que « la quasi-totalité de ces implantations 5G a été autorisée sur des sites existants, déjà utilisés par les technologies 2G, 3G ou 4G » et que seuls deux sites mobiles en France n’hébergent que de la 5G.

 

Selon les déclarations des opérateurs, 56,9 % des 25 105 sites 5G autorisés à la fin du mois de mai sont techniquement opérationnels. Les grandes tendances du déploiement effectué en ordre dispersé par les opérateurs jusqu’à maintenant se dessinent alors.

Free confirme son attrait pour la bande des 700 MHz à des fins de couverture accélérée du territoire.16 683 sites 5G sont comptabilisés dans cette bande de fréquence, dont 9 584 sont déclarés techniquement opérationnels.

Tactique similaire chez Bouygues Telecom, Orange et SFR. Les trois opérateurs s’appuient sur la bande des 2,1 GHz, déjà exploitée pour la 4G. Fin mai, ils disposaient ainsi de 8 376 sites 5G autorisés sur cette bande, pour 3 973 déclarés techniquement opérationnels.

 

Les opérateurs n’en oublient pas pour autant la “bande reine” de la 5G, celle des 3,5 GHz puisqu’ils semblent bien décidés à passer la seconde sur cette bande spécifique à la 5G.

L’ANFR décompte ainsi 8 550 sites 5G autorisés sur cette bande fin mai, dont 3 973 sont déclarés techniquement opérationnels. De bon augure pour la suite du déploiement de la nouvelle génération de technologie mobile.

 

 

 Lire l'article

 

Source : ZDnet

 

 

 

 

Fibre : les professionnels du raccordement s’engagent

Le vendredi, 28 mai 2021. Posté dans Archives Rezopole

Fibre : les professionnels du raccordement s’engagent

C’est au tour des professionnels chargés du raccordement de s’engager pour résoudre le problème posé par les défauts d’entretien ou de raccordement à la fibre. Ils se sont en effet engagés, à travers la signature d’une charte de bonnes pratiques, à mettre fin à ce que les pouvoirs publics voient comme un obstacle majeur à l’adoption de la fibre sur le territoire.

 

Une série d’engagements dont celui de se limiter à un seul niveau de sous-traitance, « avec une attention particulière au statut et à la qualification » des sous-traitants employés.

Une gageure alors que la sous-traitance “en cascade” est souvent rendue responsable des défauts dans la qualité des raccordements. Les entreprises signataires de cette charte, représentant 70 % des acteurs du secteur, se sont également engagées à favoriser le recours à l’emploi local et à accompagner la formation de leurs collaborateurs via la mise en place d’actions dédiées à la formation initiale ou à la montée en compétences.

Parmi elles figurent les entreprises Axians, Circet, Constructel, Eiffage, ENGIE Solutions, Firalp, NGE Infranet, SADE Télécom, Groupe Scopelec, SNEF Télécom, Sogetrel, Solutions30 et SPIE CityNetworks.

 

Les opérateurs commerciaux ainsi que les opérateurs d’infrastructures comme Altitude Infra, Axione, Orange, TDF et XpFibre s’étaient déjà engagés début mars sur un nouveau contrat cadre de sous-traitance (également connu sous l’appellation de mode STOC, pour “Sous-Traitance Opérateur Commercial”) afin de mettre un terme à ces abus répétés qui empoisonnent la vie des utilisateurs.

 

Un problème qui ne date malheureusement pas d’hier. En effet, un groupe de travail constitué par l'Arcep sur le sujet faisait déjà état en 2019 de « taux de malfaçons importants dans la réalisation des opérations de raccordement final et de brassage au point de mutualisation ».

Et de citer trois difficultés principales à résoudre pour mettre fin à la prolifération des “plats de nouilles” : le non-respect répété des règles de brassage au point de mutualisation, les défauts des routes empruntées par la fibre optique pouvant entraîner des embouteillages sur les points de branchement optique ainsi que les actes de vandalisme divers sur les points de mutualisation.

 

 

 Lire l'article

 

Source : ZDnet

 

 

 

 

Les professionnels de la fibre vers de nouveaux records de déploiement en 2021

Le jeudi, 20 mai 2021. Posté dans Archives Rezopole

Les professionnels de la fibre vers de nouveaux records de déploiement en 2021

À l’occasion d’un colloque organisé pour la présentation d’un baromètre dédié réalisé par Infranum, les représentants des acteurs de la fibre et les autorités avaient de quoi se féliciter. En effet, le secteur devrait de nouveau franchir un palier en 2021 avec le déploiement de 6,2 millions de prises au cours de l’année.

Les acteurs de la fibre se sont même permis le luxe de dépasser les objectifs gouvernementaux avec des prévisions de 87 % de logements raccordés à la fibre en 2022 au lieu des 80 % initialement souhaités par les pouvoirs publics.

 

Si l’année 2020 avait déjà vu la filière battre tous les records de raccordements, avec 5,8 millions de prises installées, l’exercice actuel se présente sous de meilleurs auspices encore. Et c’est sur les réseaux d’initiative publique (RIP) que les professionnels du secteur ont choisi de mettre l’accent en 2021. Sur les 6,2 millions de prises attendues en 2021, 3,6 millions seront situées en zones RIP, contre 1,8 million en zones AMII, 0,5 million en zones très denses et 0,4 million en zones AMEL.

 

Un ralentissement est prévu pour 2022 avec le déploiement de 5,8 millions de prises dont une majorité seront encore installées en zone RIP. Résultat des courses : si 40,6 millions de logements disposeront de la fibre optique en 2025, un « reste à déployer » de l’ordre de 6,5 millions de prises à installer d’ici à 2025 sera encore de la partie pour arriver à la complétude des réseaux.

Et c’est bien là que le bât blesse « s’il ne restera alors “plus que” 6,5 millions de prises à déployer au total d’ici 2025, ce seront les plus ardues », soulignent les représentants de la filière.

Et de relever que 2,1 millions de locaux, soit les derniers 5 %, devront nécessairement être financés via des aides publiques conséquentes… Pire encore, 3 % de ce « reste à déployer » ne pourra pas l’être, en raison de contraintes techniques et financières. « Pour ces logements, il faudra nécessairement étudier d’autres pistes, comme l’internet satellitaire », indique-t-on du côté de l’Infranum, qui voit dans le lancement de nouvelles offres satellitaires une alternative de plus en plus crédible pour atteindre l’objectif du très haut débit pour tous.

 

Pour atteindre le 100 % de logements fibrés au cours de la prochaine décennie, les professionnels du secteur en appellent à la mise en place d’un service universel de la fibre.

Mais d’autres écueils se trouvent également dans le très haut débit pour tous. À commencer par la qualité des raccordements alors que le taux d’échec moyen des raccordements se situe aujourd’hui entre 20 et 25 %. Et si les représentants de la filière et des pouvoirs publics ont pris des engagements il y a quelques semaines pour combattre la propagation des “plats de nouilles” dans les armoires de génie civil ou au sein des immeubles, le résultat ne sera pas immédiat.

Parmi les dossiers brûlants à gérer pour la filière se trouve également celui de l’emploi. Que faire des professionnels du raccordement lorsque celui-ci sera effectif ? La question devrait continuer à se poser dans les années à venir, d’autant que le secteur a recruté en 2020 9 700 nouveaux collaborateurs, au lieu de 5 500 annoncés l’année dernière et en prévoit, non plus 1 500 en 2021, mais 5 500.

 

« Trois points doivent concentrer nos efforts : la transition cuivre-fibre, l’amélioration de la qualité des raccordements et l’anticipation de la période post 2021, notamment en ce qui concerne l’emploi », a concédé ce mardi le secrétaire d’État au Numérique Cédric O.… tout en se félicitant du travail effectué jusqu’à maintenant, relevant que « les chiffres sont très bons, mais il faut continuer ce travail collectif, car il reste encore des défis à relever ».

 

 

 Lire l'article

 

Source : ZDnet

 

 

 

 

Fibre : les opérateurs commerciaux rappelés à l’ordre

Le vendredi, 19 mars 2021. Posté dans Archives Rezopole

Fibre : les opérateurs commerciaux rappelés à l’ordre

L'Arcep vient de donner sa position concernant la qualité des raccordements à la fibre. Verdict : si la scission de la filière du raccordement à la fibre entre les opérateurs d’infrastructure et les opérateurs commerciaux a permis une « accélération massive » du déploiement de la fibre en France, elle a également donné lieu à des dérives. Comme l’illustre les “plats de nouilles” qui débordent trop souvent des armoires de génie civil.

 

En effet, pour le gendarme des Télécoms, même si la porte est ouverte à tous les opérateurs commerciaux qui en font la demande afin d’améliorer la concurrence et de tirer les prix vers le bas, ils doivent continuer à privilégier la qualité à la quantité.

Et le mode STOC se trouve particulièrement dans la ligne de mire de l’Autorité. Elle rappelle d’ailleurs qu’« à ce titre, la décision de l’Arcep est très claire : le cadre réglementaire permet pleinement à un opérateur d’infrastructure de suspendre l’accès d’un opérateur commercial au mode STOC en cas de manquement répété de sa part aux spécifications techniques raisonnables et aux règles de l’art ».

 

Le problème du raccordement final n’est pas nouveau. Mais pour faire face à l’accroissement des signalements et la montée des mécontentements, Infranum vient d’annoncer un accord majeur entre opérateurs d’infrastructures et opérateurs commerciaux. Les opérateurs se sont engagés à améliorer la sécurité et la qualité des interventions, en renforçant les procédures contractuelles de reprise des malfaçons et via la réalisation d’audits communs entre opérateurs d’infrastructures et opérateurs commerciaux.

L’accord annoncé par Infranum prévoit une prise en charge collective des frais de remise en état du réseau, selon une clé de répartition approuvée par l’Arcep, alors que la loi stipule que seul l’opérateur d’infrastructure est responsable du bon fonctionnement et de l’entretien des équipements de raccordement à la fibre optique. Le nouveau cadre s’accompagne également d’un régime de sanctions plus drastiques pouvant aller jusqu’à l’exclusion d’un sous-traitant en cas de manquement contractuel.

 

De quoi satisfaire l’Arcep pour qui « la situation actuelle est difficilement compréhensible ». Et d’appeler à ce que les engagements portés par Infranum soient signés par l’ensemble des parties prenantes de la filière. Et de rappeler que « ces réseaux seront l’infrastructure fixe de référence des prochaines décennies ».

 

 

 Lire l'article

 

Source : ZDnet

 

 

 

 

FttH : plus de 10 millions d’abonnements

Le vendredi, 05 mars 2021. Posté dans Archives Rezopole

FttH : plus de 10 millions d’abonnements

Les derniers chiffres trimestriels publiés par l'Arcep confirment la progression de la fibre optique sur le territoire français : « le quatrième trimestre 2020 a été marqué par une progression record de déploiement de la fibre optique (FttH) et de son adoption, qui conclut une année 2020 elle aussi record ». La barre des 10 millions d’abonnements à des offres FttH a ainsi été franchie.

 

Désormais, le nombre d’abonnements à très haut débit s’élève à 14,7 millions. Ce qui représente près de la moitié du nombre total d’abonnements Internet en France, et 51 % du nombre de locaux éligibles au très haut débit, soit une hausse de 3 points en un an.

Une progression qui est avant tout due à l’augmentation des abonnements au FttH. Avec 3,3 millions d’accès supplémentaires en 2020, le nombre d’abonnements FttH est chiffré à 10,4 millions soit 70 % du nombre total d’accès à très haut débit. Même si les abonnements à haut débit constituent toujours la majorité des abonnements à Internet, avec presque 16 millions, ils ont chuté de 2,5 millions en 2020.

Au total à la fin de l’année 2020, la France compte 30,6 millions d’abonnements à haut et très haut débit. Une progression de 285 000 en un trimestre et de 800 000 en un an (+ 2,7 %). « Une telle croissance annuelle n’avait pas été observée depuis trois ans », estime-t-on du côté de l'Arcep.

 

Une tendance qui doit beaucoup au déploiement soutenu des lignes de fibre optique de bout en bout par les opérateurs et les acteurs du secteur. Plus de 1,9 million de locaux supplémentaires ont été rendus raccordables au FttH au cours du quatrième trimestre 2020. « Plus de 5,8 millions de lignes ont été déployées au cours de l’année 2020, malgré la situation sanitaire, soit 19 % de plus qu’en 2019 », fait valoir le gendarme des télécoms.

Désormais, 24,2 millions de locaux sont éligibles aux offres FttH, soit une hausse de 31 % en un an. Cette croissance se situe majoritairement en zone moyennement dense – zone AMII (Appel à Manifestation d’Intention d’Investissement). À la fin du quatrième trimestre 2020, 28,6 millions de locaux au total étaient éligibles à des services à très haut débit, toutes technologies confondues, dont 21,7 millions en dehors des zones très denses.

 

Si le déploiement de la fibre optique va bon train, nombreux sont les foyers ou les entreprises à se plaindre d’une connectivité en berne. La faute à des défauts d’entretien ou de raccordement sur les points de mutualisation générant de nombreux problèmes de qualité de service.

Pour y remédier, les opérateurs viennent de conclure un accord qui pourrait faire date dans le secteur. Ils s’engagent ainsi à améliorer la sécurité et la qualité des interventions avec un nouveau régime de sanctions.

L’accord, annoncé par Infranum, prévoit également une prise en charge collective des frais de remise en état du réseau. De quoi freiner l’explosion des “plats de nouilles” débordant des points de mutualisation, qui pourrait à terme poser un problème majeur pour la connectivité des particuliers et des professionnels.

 

 

 

 Lire l'article

 

Source : ZDNet

 

 

 

 

Cybersécurité : l’État veut débloquer un milliard d’euros

Le vendredi, 19 février 2021. Posté dans Archives Rezopole

Cybersécurité : l’État veut débloquer un milliard d’euros

Le président de la république a annoncé un plan de soutien au secteur français de la cybersécurité. Ces attaques informatiques touchent l’ensemble des pays dans tous les secteurs, avec des attaques ayant parfois des buts cybercriminels et parfois une volonté de déstabilisation de la part d’un autre État.

Sur le sujet, Emmanuel Macron rappelle les progrès déjà mis en œuvre par l'Anssi depuis 2017, et détaille les efforts supplémentaires du gouvernement en la matière.

 

Les objectifs du plan annoncé par le gouvernement sont : renforcer la filière de la cybersécurité et soutenir la transition numérique des acteurs, entreprises et collectivités locales affectées par cette recrudescence d’attaque.

Un plan en quatre volets. Le premier volet sera consacré à financer la recherche et le développement d’une offre technologique « de pointe » dans le secteur de la sécurité pour une part de 500 millions d’euros. Les fonds publics financeront 290 millions tandis que le reste proviendra d’acteurs privés.

Le deuxième volet du plan représente 148 millions d’euros et concerne le « renforcement des liens dans la filière ». L’investissement de l’État s’élèvera à 74 millions d’euros.

Le troisième volet vise à « soutenir la demande », avec un plan de 176 millions d’euros. 136 millions d’euros seront alloués à l’Anssi au travers du plan de relance et le reste visera à soutenir l’effort en matière de formation.

Le dernier volet, évalué à 200 millions d’euros, concernera les investissements directs de l’État dans des entreprises de cybersécurité. Là aussi l’État compte sur les partenariats publics / privés pour soutenir l’émergence de nouveaux acteurs.

 

 

 Lire l'article

 

Source : ZDNet

 

 

 

 

Réseaux mobiles : fracture territoriale toujours d’actualité

Le vendredi, 12 février 2021. Posté dans Archives Rezopole

Réseaux mobiles : fracture territoriale toujours d’actualité

Le bilan annuel de la qualité d’expérience des services proposés par les opérateurs mobiles en France métropolitaine vient d’être publié par le cabinet spécialisé Qosi. Ce document est destiné à rendre compte de l’expérience des utilisateurs sur les réseaux 2G, 3G et 4G commercialisés par les opérateurs au cours de l’année 2020.

 

Cette étude est basée sur les remontées de terrain de 42 000 contributeurs répartis dans 20 000 communes de France. Et les résultats rendent compte d’une disparité de plus en plus grande des situations, que l’on soit à la campagne ou à la ville. En 2020, 23 % des communes de métropole disposent de réseau 4G de faible qualité, avec une large majorité de débits inférieurs à 10 Mb/s. Pire encore, 3 % des communes sondées ne disposent pas d’un quelconque réseau data exploitable… autant de communes qui se trouvent à 95 % en zone rurale.

 

À noter tout de même que la qualité de service des réseaux mobiles ne cesse de s’améliorer, en ville comme à la campagne. Concernant les débits descendants par exemple, Orange a pris une longueur d’avance sur ses concurrents en 2020, avec le meilleur débit moyen au niveau national. L’opérateur historique est suivi par SFR, puis Bouygues et enfin Free.

Malgré une amélioration généralisée, celle-ci ne suffit toujours pas à creuser le fossé béant qui sépare désormais les connexions des ruraux et des urbains.

Prenons le cas d’Orange. Même en améliorant ses débits descendants de 10 Mb/s dans toutes les zones géographiques, cela reste insuffisant pour résorber l’écart entre la qualité de service observée en milieu rural et en milieu urbain. L’opérateur est ainsi celui avec la plus forte disparité de débits entre les différentes strates de la population.

À l’inverse, Free progresse de manière uniforme sur l’ensemble du territoire ce qui en fait l’opérateur proposant la qualité de service la plus homogène.

 

Même son de cloche pour les débits montants. Orange présente le meilleur débit moyen montant au niveau national. Mais la différence de traitement restera forte selon que les utilisateurs se trouvent en milieu urbain ou rural. Malgré cela, l’opérateur historique s’impose comme celui qui présente les meilleurs débits pour toutes les strates de population. Suit Bouygues Telecom, talonné par SFR puis Free.

 

Cette fracture territoriale se retrouve logiquement dans les résultats de la qualité de service proposée par les opérateurs sur la navigation web. Au niveau national, la proportion de pages affichées en moins de 10 secondes est de 92 % pour Orange, 89 % pour Bouygues Telecom et SFR et de 86 % pour Free. Et là encore, la zone rurale décroche de 5 à 10 points par rapport aux zones urbaines. De quoi pousser les opérateurs à redoubler d’efforts pour espérer enfin combler la fracture numérique en 2021.

 

 

 Lire l'article

 

Source : ZDNet

 

 

 

 

Cellnex s’offre Hivory, la TowerCo d'Altice

Le vendredi, 05 février 2021. Posté dans Archives Rezopole

Cellnex s’offre Hivory, la TowerCo d'Altice

L’espagnol Cellnex vient de se porter acquéreur de l’ensemble du portefeuille de 10 500 sites mobiles français d'Hivory, la TowerCo de SFR. Effective d’ici au second semestre 2021 et sous réserve de validation par les autorités, l’opération été valorisée à 5,2 milliards d’euros pour Cellnex. Elle comprendra également un programme d’investissements complémentaires de 900 millions d’euros pour déployer 2 500 nouveaux sites d’ici à 2029.

 

Avec cette transaction, Cellnex se place aux avants-postes du marché des infrastructures mobiles en France. Présent en France depuis 2016 via sa branche locale, le groupe comptait début 2020 plus de 9 000 sites mobiles répartis dans tout l’Hexagone. L’acquisition d'Hivory place Cellnex dans la peau du leader du secteur, avec près de 20 000 sites mobiles (antennes et toits-terrasses) sur le territoire.

 

Comme lors des accords conclus par Bouygues Telecom puis Free avec Cellnex, SFR devrait rester locataire de son ancien réseau d’infrastructures mobiles pour une durée d’au moins 18 ans, renouvelable par périodes de 5 ans.

L’accord conclu avec SFR illustre les fortes ambitions du groupe en France et en Europe. Le champion espagnol des infrastructures mobiles vient donc de s’offrir l’un de ses principaux concurrents sur le marché français.

 

Ne reste plus désormais que TDF et la future TowerCo d’Orange France sur le marché français pour faire face au géant espagnol. Ce qui place ce dernier en position confortable, avant sa nouvelle augmentation de capital. Celle-ci doit lui permettre de financer un portefeuille de projets d’acquisition dont une partie a déjà été engagée pour l’acquisition d’Hivory en France et l’intégration des sites de Deutsche Telekom aux Pays-Bas.

 

Au titre de son exercice 2019, le groupe a enregistré un chiffre d’affaires global en hausse de 15 % sur l’année ainsi qu’un EBITDA en hausse de 16 % par rapport à l’exercice précédent. Présent en Espagne, en Italie, aux Pays-Bas, en France, en Suisse, en Grande-Bretagne, en Irlande, au Portugal, en Autriche, au Danemark et en Suède, l’ogre espagnol a aujourd’hui la main sur un parc de 120 000 sites, dont 75 000 sont opérationnels, les autres étant en cours d’acquisition ou de déploiement d’ici à 2028.

 

 

 Lire l'article

 

Source : ZDNet

 

 

 

 

Les tarifs d’accès au réseau de SFR revus à la baisse

Le vendredi, 08 janvier 2021. Posté dans Archives Rezopole

Les tarifs d’accès au réseau de SFR revus à la baisse

En juillet 2020, Free saisissait l'Arcep en lui réclamant de préciser les conditions d’accès des acteurs du marché au réseau FttH de SFR en zone moins dense d’initiative privée (AMII). La filiale d’Iliad réclamait l’encadrement des tarifs exigés par SFR pour accéder à la partie terminale de son réseau en limitant toute hausse à la seule application de l’indexation prévue par le contrat de mutualisation noué entre les deux opérateurs et en conditionnant toute évolution au-delà de ce barème à la signature d’un avenant « négocié de bonne foi ».

 

Un sujet brûlant car déjà en avril dernier, l'Arcep se disait prête à remettre « les points sur les i » dans le dossier de la hausse des tarifs de raccordement au réseau fibre de SFR dans les zones privées. En effet, l’Autorité avait déjà exigé de la marque au carré rouge l’annulation de la hausse de ses tarifs en vigueur depuis le début d’année 2020 après avoir été saisie par Bouygues Telecom à l’hiver dernier.

 

Free qui exigeait donc la révision des tarifs de cofinancement reclamés par SFR, en zone AMII, afin qu’ils ne dépassent pas 5,12 € par ligne et par mois (ou 513,6 € par ligne pour le tarif non récurrent) pour un cofinancement à hauteur de 20 %.

Une demande acceptée par l'Arcep, qui a demandé à SFR d’ajuster ses tarifs dans les zones AMII mais également dans les zones AMEL. Le gendarme des télécoms justifie cette position en indiquant que la branche d’infrastructure de SFR « n’a pas produit d’éléments spécifiques permettant d’appréhender ses coûts » et estimant que les hausses de tarifs d’accès doivent « être justifiés par des éléments de coûts ».

 

Comme dans le différend opposant Bouygues Telecom à SFR, l'Arcep a enjoint la marque au carré rouge de revenir à ses tarifs de cofinancement pratiqués avant le mois de février 2020. Elle a toutefois la possibilité de les ajuster de manière beaucoup plus modeste par voie d’avenant. Une décision très attendue par certains acteurs du secteur, pour qui il en allait de la survie du principe de mutualisation de la partie terminale des réseaux fibre d’Orange et de SFR, en vigueur depuis 2008.

 

 

 Lire l'article

 

Source : ZDNet

 

 

 

 

IPv6 disponible pour les utilisateurs Free mobile

Le jeudi, 31 décembre 2020. Posté dans Archives Rezopole

IPv6 disponible pour les utilisateurs Free mobile

Free restait à la traîne concernant l’activation du support de l’IPv6 sur le mobile mais la donne vient néanmoins de changer. En effet, une nouvelle option est apparue dans l’espace abonné Free Mobile permettant de l’activer.

 

Le passage à IPv6 est un sujet de longue date pour les opérateurs puisque cela fait plusieurs années que la pénurie d’adresse IPv4 se fait sentir. L’utilisation de la nouvelle norme d’adresse IP permet de résoudre le problème ; le nouveau protocole disposant d’un stock quasi illimité d’adresse IP attribuables aux appareils.

 

Début décembre, l’Arcep a mis à jour son baromètre de la transition IPv6 en France. En la matière, Bouygues fait figure de bon élève avec 87 % de clients Android et 98 % de clients iOS activés en IPv6. En second arrivait Orange avec 35 % sur Android et 60 % sur iOS, tandis que sur SFR, seul 0,2 % des clients Android avaient activé IPv6. Free était bon dernier, l’activation IPv6 n’étant tout simplement pas disponible jusque-là pour les clients mobiles du FAI.

 

Si sur le mobile, Free fait figure de mauvais élève, l’opérateur se rattrape en revanche sur les réseaux Internet fixe avec 99 % de ses clients disposant d’une connexion IPv6 activée. On retrouve ensuite Orange avec 75 %, puis Bouygues à 28 % et SFR à 1,6 %.

 

 

 Lire l'article

 

Source : ZDNet

 

 

 

 

FaLang translation system by Faboba